Invictus, Poème de william Ernest henley.

Ce poème a joué un grand rôle dans la vie de Nelson Mandela, en particulier durant sa période d’incarcération à Robben ISLAND. 

 

Dans les ténèbres qui m’enserrent,

Noires comme un puits où l’on se noie,

Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,

Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles cirscosntances,

Je n’ai ni gémi ni pleuré

Meurtri par cette existence,

Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu de colère et de pleurs

Se profile l’ombre de la mort,

Et je ne sais ce que me réserve le sort,

Mais je suis et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin,

Nombreux les châtiments infâmes,

Je suis le mâitre de mon destin,

Je suis le capitaine de mon âme.

Traduction tiréé du film Invicts, clint Ezstwood.

Source Afrique magazine, juillet 2013.

 

Bonne lecture.

 



Et si on parlait management…

Je suis entrain de lire l’étoffe des leaders de stephen R. Covey,  un livre riche en enseignement…j’avoue que je me suis davantage appesanti sur la seconde partie qui parle de management d’entreprise et management qualité. Évident….je suis responsable management qualité.

Mais je crois que ce que je retiens le plus c’est l’approche l’intérieur vers l’extérieur qu’il évoque dans ce livre ainsi que dans les 7 habitudes. Je travaille sur la norme ISO 9001 sauf erreur de ma part, l’approche de cette norme est de mettre en place un système ou une organisation qui doit répondre et satisfaire aux attentes implicites et explicites du client.

L’approche de l’intérieur vers l’extérieur dont parle R. Covey, est très intéressante et d’une logique implacable. Et surtout, elle complète la norme ISo 9001:2008. Croyez moi, changer les comportements dans une entreprise n’est pas chose aisée…on frôle parfois la crise de nerfs.

Pour illustrer, deming dit que 90% des problèmes d’une entreprise sont dus au système ou organisation et 10% sont dus au personnel. Comme le montre covey, les 10% de personnes vont résoudre les 90% de problèmes…mettre la bonne la personne à la place qu’il faut.

Cette dernière approche complète la précédente…les hommes passent mais l’organisation ou entreprise reste…ah! si nous africains on l’avait compris…il parait que lorsqu’un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui disparaît.

J’ai pris quelques notes :

« Si vous jouez un double jeu, vous ne pourriez vraiment résoudre des problèmes si vos paroles ne sont pas en accord avec vos actions ».  Il est vrai de constater que dans beaucoup de cas, les chefs d’entreprise jouent à ce jeu…

On peut aussi souligner l’analyse faite des 4 paradigmes du management : scientifique, relations humaines, ressources humaines, le leader axé sur les principes….bon je ne vais pas faire un ramassis de citation ou je ne sais quoi d’autres.

Mais après avoir lu quelques bouquins de ce monsieur : les 7 habitudes, la huitième habitude, l’étoffe des leaders, je comprends mieux qu’il faut replacer l’homme au centre de l’organisation. En effet, dans nos pays, « on ignore la santé et le bien être de la poule parce que l’on pense qu’à ramasser les oeufs d’or. Travaillons donc sur des principes justes, équitables, honnêtes…

Ainsi, j’invite nos chefs d’entreprise à traiter le personnel de la même manière qu’il traite le client devant le bureau. « vous pouvez acheter les  mains et le dos d’un homme, mais pas son coeur et son esprit ».

Si vous souhaitez une entreprise perfomante, excellente, qui relève les défis d’un marché en perpétuel mutation, vous aurez aussi faire à appel au coeur et à l’esprit de vos employés pour survivre.

Bien à vous…

 



locationvacanceslepechmege |
Mecanique de précision |
la végétation et ses vertûes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | xavier doussin
| Mettre en Mouvement
| EIEBG