Nutrition

Parlons du comportement alimentaire de nos concitoyens

thep.jpg

Le sénégalais aime manger mais malheureusement pour lui qui est un sahélien le nourriture pose de plus en plus de problème à cause de cherté des denrés de première nécessité, des péneries périodiques de ces mêmes dénrées, et de la manière « extravertie »adopté par le sénégalais de la ville dans son alimentation.

Nous mangeons pour vivre ; cela est indéniable, mais la prise alimentaire comporte une forte charge d’émotivité et d’affectivité : nous aimons partager nos repas et nos graines de cahuètes grillés. Nous frisons souvent le ridicule quand certains de nos hotes étrangers, lorsque au fond du grand plat familial ne susbsiste que quelques grains de riz cuits et que nous invitons, et encore, et encore pour que l’autre puisse partagé notre repas. C’est une manière à nous bien courtoise d’offrir l’hospitalité. A l’autre de savoir s’il doit se laver les mains et manger ce qu’il peut trouver dans le plat presque vide !…

Lorsque celui que l’on consière comme son ami refuse de partager nos aliments ou même de prendre quelques cuillères de notre repas, cela nous vexe : car quand il y en a pour un, il y en a pour deux.

Le sénégalais de la ville, ne connaît plus les plats traditionnels.  Les sauces à base de légumes feuilles (patate, niébé, amarante,…) semblent d’un autre age et plus la sauce est grasse et plus elle sera appréciée surtout lorsque les fameux bouillons cubes aux appelations aussi diverses que fantaisistes s’avèrent indispensable à toute préparation culinaire.

Les sénégalaises sont des artistes en cuisine, les plats sont joliment décorés au détriment de la santé du consommateur. Et dans leur art, elles vont détourner certaisn produits alimentaires de leur mode de consommation habituelle :

-         le sucre caramélisé va donner une couleur caractéristique au riz (dans l’huile bouillonte)

-         ce même sucre va être saupoudré en abondance dans le couscous de mil jusqu’à masqué la saveur acide cet aliment;

-         les œufs bouillis seront frits et colorés;

-         les colorants et autres additifs alimentaires sont devenus des composants incontournable des jus de fruits naturels jusqu’à en dénaturer la saveur et la couleur;

-         l’usage des épices et condiments se fait de manière incontrolé aidant à l’instalation des gastrites et autres  « affections » de l’appareil digestif.

Les jeunes filles adorent grignoter à longeur de journée des biscuits secs et toute sorte de friandises hautement calorifique tout en refusant de se nourrir correctement. Elles oublient souvent qu’elles ne peuvent pas continuer à vouloir « garder la ligne » avec de tels aliments à haute densité nutritionnelle.

Les jeunes femmes, nouvellement mariées, se gavent de bouillies de céréales enrichies au beurre et au lait caillés. Elles se font un devoir de prendre de l’embonpoint. Cette surcharge pondérale, pensent-elles, sont le signe manifeste de leur union réussie et des attentions du mari. Il faut aussi souligner la culture, dans certains milieux, de la « drianké » terme wolof désignant ces dames replètes, à l’allure majestueuse et candidate potentiel au risque « cardiovasculaire ». L’instauration de la journée continue à renforcer l’alimentation sur le pouce, « anglaisement » appélé « fast-food ». Ce mode d’alimentation est commun à toutes personnes en milieu citadin. Rapide, comme son nom anglais l’indique, facile et peut chère cette manière de se nourrir si elle est pratique pose cependant des problèmes de l’hygiène, de l’équilibre alimentaire, de la monotonie nutritionnelle et de la surcharge pondérale à long terme.

Mme GAYE

Nutritionniste

    

 



1 commentaire

  1. Peggy Lombardo 5 février

    Bonsoir,

    Je viens de tomber par hasard sur votre blog, et franchement il me donne envie de me documenter plus avant sur les coutumes et tradition Sénégalaise ! Je n’aurai pas imaginé que les travers alimentaires, communs aux pays occidentaux comme le fast food, le snacking, commençait déjà a envahir des pays que je croyais encore préservés, plus ancrés dans une gastronomie traditionnelle..du fait de la différence culturelle et d’une réalité économique d’un pays en voie de développement..
    Au dernier Sial ,les tendances de ce type d’alimentation était fortement hausse… Dommage, l’authenticité nous manque..

Laisser un commentaire

locationvacanceslepechmege |
Mecanique de précision |
la végétation et ses vertûes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | xavier doussin
| Mettre en Mouvement
| EIEBG